Troisième génération du domaine familial, Catherine Cruchon reprend le domaine avec trois comparses: une relève 100% féminine ! Le domaine de 30 ha est travaillé en biodynamie depuis plus de 20 ans. Le domaine fait ainsi partie des pionniers de la biodynamie en Suisse !

Couverture Journal du Sommelier livre sur vignoble suisse et vin suisse

Notre livre sur le vignoble suisse sort en 2021, obtenez votre exemplaire sur notre boutique.

Catherine Cruchon – Domaine Henri Cruchon, Echichens

Peux-tu nous parler du Domaine Henri Cruchon ?

J’ai la chance d’être la troisième génération en charge du domaine familial Henri Cruchon, du nom de mon grand-père. On se trouve dans la région de Morges, entre Féchy et Lausanne en Suisse. La région de Morges, c’est 600 ha de vignes, donc une région importante pour la Suisse. Nous encavons 30 ha, que nous travaillons en biodynamie depuis plus de 20 ans ! Nous nous sommes aussi fait labéliser agriculture biologique, et tout ce que nous encaverons dès 2021 sera entièrement sous ce label.

Comment avez-vous mis en place la biodynamie sur le domaine ?

C’est une démarche à attribuer à mon père. La motivation initiale était le goût: il a souvent eu l’opportunité d’aller goûter des vins en France et ailleurs, notamment en Bourgogne. Il a eu de très grosses émotions sur des vins biodynamiques. L’idée a fait son chemin et il a souhaité appliquer cela au domaine dans un but qualitatif.

A cette époque, il était très difficile d’avoir accès au savoir car la pratique restait très confidentielle. Il a donc organisé un voyage avec des collègues, notamment avec le Domaine de Bedon (Valais, Suisse), pour échanger avec des vignerons ayant plus d’expérience dans les pratiques biodynamiques. L’élan était très positif et depuis, nos expériences n’ont fait que confirmer l’intérêt de la biodynamie pour produire de grands vins.

Comment es-tu devenue vigneronne ?

J’ai vraiment toujours aimé ça. Depuis toute petite je participais aux vendanges avec mon père. J’ai toujours aimé cette ambiance ! Il y a aussi une super synergie et dynamique avec les vignerons. Je suis clairement tombée dedans.

J’aurais pu faire des études poussées sur le sujet, mais j’en avais ma claque des études et j’ai choisi la voie de l’apprentissage. Ca fait plus de 15 ans que je suis vigneronne et j’aime toujours autant ça. Je pense que j’ai bien choisi mon métier !

Couverture Journal du Sommelier livre sur vignoble suisse et vin suisse

Notre livre sur le vignoble suisse sort en 2021, obtenez votre exemplaire sur notre boutique.

Comment se passe la reprise du domaine ?

Ca se passe très bien ! Aujourd’hui le domaine est toujours administrativement sous mon père et mon oncle. Je vais reprendre avec 2 cousines et mon amie, nous serons donc quatre femmes sur le domaine ! Ca va se faire dans les années qui viennent.

Les nouveautés, les idées, ont toujours été les bienvenues au domaine. On n’a jamais été bridées, bien au contraire ! On travaille un métier où l’expérience est très importante. Avoir mon père à mes côtés, avec ses 40 millésimes, et mon oncle avec sa grande expérience en vigne, c’est une vraie chance. On est aussi sur une philosophie de continuité et d’approfondissement.

Peux-tu nous parler de la cuvée “Les filles vinifient” ?

C’est clairement un clin d’oeil à la large présence féminine à venir sur le domaine ! La première cuvée Omnis est un vin orange nature. On a profité de cette nouvelle bouteille pour revoir le graphisme des étiquettes. On a travaillé avec un graphiste et une artiste peintre pour obtenir ce qu’on voulait.

Ce n’est pas notre première cuvée en nature ! Nous avions déjà de l’expérience sur 3 cuvées: un chasselas, une altesse et un assemblage de rouge. Ma philosophie des vins natures n’est pas de mettre en bouteille un vin qui ne ressemble à rien. Au contraire, c’est l’aboutissement d’un travail pour que le vin n’ait besoin de rien de superflue, tout en étant qualitativement intéressant.

L’objectif serait-il de faire toutes les cuvées en mode nature ?

C’est une bonne question… Dans l’absolu oui, mais aujourd’hui on ne serait pas en mesure de tout faire en nature. Faire une cuvée nature reste une vraie prise de risque: on doit tout mettre en place pour que les vinifications se passent bien, mais même avec toutes les précautions du monde, c’est la nature qui décide.

Avant tout, mon but c’est de faire des vins natures qui m’apportent des émotions tout en restant foncièrement bons !

Quels sont les projets futurs au domaine Henri Cruchon ?

On a beaucoup de projets à la vigne. A la cave, on arrive à bien raisonner notre travail et nos pratiques. A la vigne, ça reste plus compliqué car sous notre climat, on a toujours besoin d’amener certains traitements compatibles avec l’Agriculture Biologique.

On essaie de trouver des solutions pour les cépages traditionnels pour, à terme, se passer de tous traitements. Sur ce point, nous réfléchissons à des approches alternatives, inspirées de la médecine chinoise ou ayurvédique. Plutôt que de traiter uniquement le symptôme, on cherche à résoudre le problème à la source.

Pour tout biodynamiste dans l’âme, l’objectif est de comprendre le fonctionnement de la plante et la mettre dans un environnement qui lui convient, pour qu’elle se défende seule. Tout ça c’est de la théorie bien sur ! En pratique, on a des idées mais on en reparlera quand on sera plus avancés !

Comment vois-tu l’exportation se développer au domaine ?

C’est vrai qu’on exporte globalement peu par rapport à d’autres pays. Nous exportons depuis près d’une décennie au Japon, au Canada, aux Etats-Unis… Nous travaillons avec des gens qui croit réellement dans le potentiel des vins suisses et qui travaillent localement.

C’est évidemment une grande fierté de savoir que nos vins sont servis sur des grandes tables à l’étranger. Mon objectif n’est, par contre, pas d’avoir 50% de ma production à l’export. Je le vois plutôt comme un moyen d’être reconnu: si tu n’exportes pas, tu n’es pas reconnu à l’international. Le but c’est de faire connaitre les vins suisses et de rendre les suisses fiers de leurs vins.

La qualité des vins suisses est indiscutable et le niveau général des vins suisses est très haut ! Maintenant, comment le communiquer et comment le faire reconnaitre ? C’est là tout le challenge.

Comment présenterais tu le vignoble suisse à un néophyte ?

C’est une question difficile ! La Suisse est un pays fédéraliste, nous avons donc des cultures viticoles très différentes ! Le Canton de Vaud a longtemps fait partie du Duché de Savoie, avec une philosophie d’influence bourguignonne. On a toujours vendu une région, un terroir ou un village, mais pas vraiment un cépage.

En revanche, le Canton du Valais, qui reste la plus grande région viticole de Suisse, a longtemps eu une philosophie de mise en avant du cépage. Expliquer la Suisse n’est pas facile pour cette raison. Nous sommes un joyeux mélange de complexité !

Pourrais tu nous parler de quelques-uns de tes vins suisses coup-de-coeur ?

Je suis obligée de parler du Servagnin, qui est a priori le premier type de Pinot Noir planté en Suisse, selon les écrits historiques. On vient de souffler ses 600 bougies récemment !

Au niveau des vins natures, je recommande vraiment de gouter les oranges natures d’Anne-Claire Schott (Douanne). J’aime aussi beaucoup les vins de Christian Vessaz (Motier), du Domaine La Colombe (Féchy) ou encore de Vincent Chollet (Bourg-en-Lavaux). Il faut aussi découvrir le Domaine du signal (Echichens) avec qui on collabore dans la démarche biodynamique.

NDLR: d’autres noms à découvrir dans la vidéo à partir de 11:30.

Qu’attends-tu d’un bon sommelier ?

Si je vais au restaurant, en tant que cliente, j’attends que le sommelier me guide. C’est un métier que j’admire et que je respecte beaucoup. Ca demande énormément de connaissances ! J’aime être bluffée par un accord parfait. Mes coups de coeur au restaurant sont souvent liés à un accord met-et-vin réussi, qui me surprend et m’apporte des émotions fortes.

En tant que vigneronne, les sommeliers sont des partenaires très importants pour moi. Le sommelier nous connait, il va introduire nos vins et notre philosophie à ses clients. Si le client est touché par nos vins, il va éventuellement venir nous rencontrer ensuite et prendre quelques bouteilles. C’est un partenariat très précieux dont on prend soin. Nous sommes vraiment complémentaires pour valoriser les vins suisses en général.